Les mots

paroles
Patrick Gonzàlez

On se croyait les rois de la colline
Les mandarins des cafés réputés
On se voyait déjà dans la vitrine
Des librairies huppées des beaux-quartiers

On paraissait deux frères endimanchés
Dans la vingtaine de leur adolescence
Des yeux de feu, une soif à étancher
Et dans la bouche toute leur insignifiance

Les mots étaient notre seule religion
On buvait les mots et les émotions
Qu’on voulait construire comme on fait les ponts
Entre le désir et l’horizon

Je racontais ce que j’n’écrivais pas
Ça évitait de le mettre par écrit
Je dessinais des cercles sans compas
Je croyais bien que j’avais de l’esprit

Toi tu lisais la tête dans les murs
Des graffitis et des perles dans la voix
La bière au bec, le cœur dans les ordures
Toi tu lisais en comptant sur tes doigts

– Refrain –

Moi je voulais voler la Nouvelle-France
Avec mes mots charriés d’Américain
La posséder dans sa magnificence
Sur du papier qui me brûlait les mains

Toi tu rêvais d’être un jour publié
Pour autre chose qu’un pain de journaliste
J’ai oublié quel était ton métier
Mais je sais bien qu’il est loin sur ta liste

– Refrain –

Combien de fois les mots font illusion
Avant qu’la lune ne nous tire les oreilles?
Avant qu’on ait, pour de bon, l’impression
Que jamais rien ne sera plus pareil?

Moi qui voulais te parler sans détour
Parler des mots que je n’ai su trouver
Des mots cachés comme des poches d’amour
qui éclataient avant de t’arriver

précédente | suivante