Les rapides

paroles
Patrick Gonzàlez

J’aurais jamais cru qu’ça pouvait faire si mal
J’aurais jamais pensé qu’y pouvait faire si chaud
Quand le canot a chaviré en aval
Pis qu’tous les deux on est tombé à l’eau

La rivière était rude c’était infernal
Les rapides nous brassaient comme des petits billots
Michel pagaillait pour ne pas qu’on dessalle
Moi j’faisais c’que pouvait en avant du canot

Dans les tourbillons c’t’ait une vraie cavale
C’est là qu’on a frappé le gros rouleau
Moi j’ai crié Michel avant qu’l’eau nous avale
Michel s’est noyé sans pouvoir dire un mot

La rivière m’a jeté sur le bord du chenal
Le canot est passé cassé en deux morceaux
J’ai cherché Michel à la lumière du fanal
J’ai jamais rien trouvé qu’les pagaies du canot

La rivière a tué comme un animal
La rivière fait payer le passage sur son dos
Des deux gars en canot y disait dans l’journal
Y’en a un qui est resté la face plongé dans l’eau

J’aurais jamais cru qu’ça pouvait faire si mal
J’aurais jamais pensé qu’y pouvait faire si chaud
Quand le canot a chaviré en aval
Pis qu’tous les deux on est tombé à l’eau

précédente | suivante