Soirées mondaines

paroles
René Tétreault

Pour y être allé comme ça une fois
Une fois de trop ça va de soi
J’vous dis qu’les belles soirées mondaines
C’est aussi chiant qu’un théorème

Le cul serré le cerveau rance
Jules de Machin Jeanne de Bidule
Viennent étaler leur ignorance
En belles paroles en belles formules
Ah! oui Beethov moi j’vous dis pas
J’connais par cœur ses quatre saisons
L’dernier Rohmer c’était extra
Faut dire qu’ça m’branche les films d’action

– Refrain –

Rien d’autre à faire que s’y faire voir
Une heure ou deux à chaque semaine
D’y raconter ses pires déboires
C’est pas facile vivre dans l’seizième
Le coup d’la vie ça m’rend miro
Pour me payer un domestique
J’ai dû louer la chambre d’en haut
À un étudiant sûr’ment marxiste

– Refrain –

Par convenance parce qu’il l’faut
On s’complimente du bout des lèvres
Envoie promener tous les prolos
Qui passent leur temps à faire la grève
Puis on repart comme on est v’nu
Le regard terne le nez bien haut
Même pas content même pas déçu
On s’dit aur’voir et à bientôt

– Refrain –

précédente | suivante